vendredi 31 août 2012





Déboussolé par la mort de ses parents dans un accident, ayant perdu famille et foyer, Jacob Jankowski saute dans le premier train qui passe, celui du cirque Benzini. Il va découvrir le monde clos des " monstres ", des paumés, des laissés pour compte, celui des artistes d'un cirque de troisième zone, essayant, de ville en ville, de survivre à la Grande Dépression. Un monde avec ses propres règles, ses lois impitoyables. Etudiant vétérinaire en fin de cursus, Jacob est pressenti pour s'occuper de la ménagerie de cette " nef des fous ". Il tombera amoureux de Marlene, une belle écuyère mal mariée à Auguste, directeur du cirque et dresseur aussi charismatique que sadique. Et va rencontrer Rosie, une éléphante réputée indressable jusqu'à ce que Jacob découvre la façon de communiquer avec elle.



On commence le livre avec un prologue que je n'ai pas vraiment compris la seule chose que j'ai compris c'est que le narrateur est un homme, et qu'il cherche une femme. Il raconte son histoire alors qu'il est maintenant âgé je trouve l'idée plutôt pas mal. On découvre donc le narrateur qui est une vieille personne. Il nous raconte avec une très grande simplicité sa vie, et aussi comment il voit les autres tout autour de lui. Les femmes qui se trouvent dans la maison de retraite parlent de leur jeunesse, elles racontent avec animation comment se déroulaient leurs journées quand elles les passaient au cirque, on découvre une tout autre époque.. Une dispute éclate entre le narrateur et un autre homme, on ne comprend pas sur le moment les raison précise de leur dispute mais rien quand voyant le titre du livre, on sais alors que "apporter de l'eau pour les éléphants" signifie beaucoup à l'auteur. A la suite du chapitre 1, le narrateur s'adresse à nous en tant que lecteur tout de suite on se sens attirer par la suite du livre, on a hâte de découvrir son métier dans un cirque. C'est à ce moment que j'ai commencer à comprendre certaines parties du prologue même si quelques passages restent toujours un mystère ( le prologue du début est redis à la fin du livre ) On atterri dans la suite du roman avec un bond en arrière de pratiquement 70 ans. L'auteur parle avec humour des expériences qu'on entreprit ces camarades de classe dont il est tenter d'y participer. Quand le proviseur vient le voir pour lui annoncer la mort de ces deux personnes si importante pour lui qu'elle coïncidence lui qui pensent justement se faire gronder par ces proches.. On a beau essayer de se mettre à la place de Jacob quand il voit, les corps de ces deux personnes, la tristesse qu'il ressent mais en même temps les haut le coeur qu'il a.. Quand il rentre chez lui, il aperçoit que sa famille ne reviendras jamais, qu'ils faisaient une simple sortie en voiture, qu'ils ne s'attendaient pas à mourir.. Ce n'est pas du tout la même vie que maintenant, car Jacob sur un coup de tête sans va, il quitte les cours le jour de l'examen et part pour changer de vie alors que ces parents c'étaient sacrifier financièrement pour envoyer leur fils dans cette école prestigieuse. Je trouve certains passages assez long mais cela permet de plus découvrir la vie du cirque et l'auteur décrit très bien chaque partie du cirque on à l'impression de le voir à travers le livre. Les retours dans le temps améliorent l'histoire on découvre le début de la vie d'adulte de Jacob ainsi que quand il est âgé, qu'il essaye de se rappeler tant bien que mal de ces souvenirs. Par contre, certains passages sont inutile pour l'histoire, et je ne comprend pas vraiment où cela mène Vers la moitié du livre j'ai totalement décrocher, je trouvais les évènement banale, même si l'histoire du crique me plaisait beaucoup, sa tourne en rond au bout d'un certains temps. Je pensais pas du tout que ce livre serait autant concentrer sur des évènements comme cela. Je crois que j'attendais beaucoup trop de ce roman, je pensais l'histoire d'amour beaucoup plus belle que ça, même si Jacob et Marlène vivent beaucoup de péripéties.. Parfois il y a des ressemblances assez flagrante avec le film "Moulin rouge", par exemple quand Oncle Al proclame "le spectacle doit continuer", le trio amoureux exactement comme dans le film. Pleins de petits détails comme ça.. Ce n'est pas un livre que j'ai aimé, si j'ai continuer jusqu'à la fin c'était surtout par curiosité, il y a différent avis sur ce livre, certains l'aimeront et d'autres non..

« Même si, parfois, je donnerais tout pour la ressusciter, je me félicite qu'elle soit partie la première. Sa mort fut un arrachement. Ce jour-là, ce fut le commencement de la fin pour moi, et je préfère qu'elle n'ait pas personnellement connu cela. Survivre à son conjoint, c'est le pire»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire