mardi 23 octobre 2012

Je vous écris du Vel' d'Hiv, les lettres retrouvées


Tome : Unique
Edition : France Loisirs
Page : 212
Prix : 14.50 
Disponible en poche : Oui





13 000 Juifs ont été arrêtés puis internés les 16 et 17 juillet 1942 lors du rafle du Vél' d'Hiv. On a longtemps cru qu'il ne restait de ces journées qu'une seule et unique photo, quelques documents administratifs, et de trop rares témoignages. Récemment, au Mémorial de la Shoah, Karen Taïeb, responsable des archives, a découvert une poignée de lettres écrites dans l'enceinte même du Vélodrome d'Hiver et sorties clandestinement. 
Tous les auteurs de ces lettres ont été déportés. Parmi eux, seule une femme est revenue. 
Réunies ici pour la première fois, reproduites en fac-similé et retranscrites, ces lettres nous plongent de façon saisissante dans la réalité de cet épisode tragique de la seconde Guerre mondiale.




Ce livre a déjà pus voir le jour grâce à Karen Taieb, responsable des archives au Mémorial de la Shoah. Dix - huit lettres, parmi eux seule une femme est revenue des camps. On découvre ce livre, d'abord avec la préface de Tatiana de Rosnay, l'auteur de "Elle s'appelait Sarah", sa préface est saisissante ! Elle nous permet d'en savoir plus sur elle, mais aussi de découvrir pour quel raison elle a écrit son livre et pourquoi elle veut participer à la préface de celui-ci. Ces mots sont touchant et nous donne des frissons dans le dos mais je crois bien que c'est tout ce qu'on va ressentir lors de la lectures de ces lettres et des témoignages de ces personnes. C'est ce que nous explique Karen Taib dans une introduction, en nous racontant comment s'est dérouler ces journées. Elle n'épargne aucun détail. La première lettre est celle d'une adolescente Edith, âgée d'à peine seize ans, déportée avec sa famille, elle a survécu au Vel' d'Hiv mais n'auras pas résister au camp de Pithiviers où elle mourut quinze jours après son arrestation ainsi que toute sa famille.. Nous pouvons découvrir ces lettres simple, touchante qu'elle as adressé à son meilleur ami Roland. Après, comme la première lettre nous découvrons une famille, la mère Paulette fais tout ce qu'elle peut pour que ces enfants échappent de cette enfer, elle envoie des lettres à sa soeur (qu'elle ne recevra jamais) en lui parlant des conditions de vie, et en la suppliant de sauver ces enfants. Après que Paulette fus déporté à Birkenau, Jacques son fils âgé de seize ans demande à sa tante de sauver sa petite soeur, pour lui malgré ce qu'il veut ce qui reste le plus important c'est sa petite soeur.. Mais Jacques fus transféré ailleurs, peut après sa soeur Raymonde aussi.. Max leur père est interné également à Drancy. Personne ne revient de ces camps, malgré les efforts de la soeur à Paulette pour récupérer les enfants. Ensuite on découvre, Szajndla qui envoie une lettre à sa propriétaire en parlant très peu du Vel' d'Hiv, mais quand on voit ce qui arrive à Szajndla.. Une autre jeune femme Anna, seule, sans enfant, écrit deux lettres à sa mère, ces lettres sont moins concentrés sur le Vel' d'Hiv', elle dis à sa mère qu'elle est sur/est fait son possible pour sortir de cet endroit. Elle décrit les conditions où ils sont tous regrouper, parqués, comme des animaux.. Mais Anna, comme les autres, ne reviendra jamais. Tout comme la famille Garnek, ainsi que les Lewenstaat.. 

Dans les premières lettres on trouve peu de description du Vel' d'Hiv, mais plus on progresse dans notre lecture, plus on découvre comment on été traités ces personnes, et on ne peut qu'être révolté contre cet injustice ! Les femmes, ainsi que leur maris ne s'inquiètent pas de leur sort, leur seule et unique penser et de sauver leurs enfants coûtent que coûte ! Quand on voit dans quelques (voir très peu) de lettres que certaines personnes ont réussit à s'échapper, on ne peut qu'être soulager à cette perspective. Les lettres sont de plus en plus détailler comme celle de Maurice qui écrit à sa femme Fiona, enceinte. Maurice, fût déporté. Il ne connu jamais son enfant. Ces lettres racontent la triste vérité du Vélodrome d'hiver. Quand on voit que des jeunes filles de quatorze ou même seize ans écrivent ces mots, disent qu'elles sont "dans des trains de bestiaux" qu'on leur a coupé les cheveux on ne peut qu'être scandaliser ! A la fin, dans l'Annexe nous découvrons quelques témoignages. Comme celui d'un sapeur-pompier qui raconte qu'il a pus entrer dans le stade où tous les juifs étaient entasser. Son but étant principalement de sécuriser les personnes alentour d'un éventuelle incendie, mais ce courageux pompier malgré les consignes donner rapportent des centaines de lettres que les prisonniers lui donnèrent. Aucune de leur actions n'apparaît dans les archives du régiment. 

Nous découvrons aussi le rôle important qu'à jouer une infirmière. Elle nous parlent des horribles conditions de vie, des maladies ainsi que de la folie qui s'attaquaient à tous.. Des dessins on été fait lors de l'arrivée des enfants à Drancy ou même quand ils sortent des fourgons à bestiaux.. Nous avons une partie consacrer a des livres que Karen Taib a crus bons de rajouter, nous permettant de encore plus découvrir de chose sur ces événements  Le but de ce livre, est de nous permettre à nous lecteur de ne pas oublier ce qu'ils s'est passer, et c'est en lisant des livres comme celui-ci que ces événements resteront à jamais dans notre mémoire ainsi que dans celle de la génération futur.

3 commentaires:

  1. Un livre témoignages que j'aimerais beaucoup lire ...
    Ton passage sur les pompiers et l'infirmière me fait penser aux scènes de La Rafle.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai demandé ce livre à ma médiathèque la semaine dernière, j'ai vraiment hâte de le lire. J'avais lu "Elle s'appelait Sarah" de Tatiana de Rosnay qui m'avait beaucoup touché. Je pense que c'est important de faire ce genre de livres, pour ne pas oublier ce qui s'est passé. Il y a quelques semaines j'ai regardé la rafle aussi, j'ai pleuré pendant la moitié du film.

    RépondreSupprimer
  3. Ah je suis également en train de lire ce livre ^^ J'ai presque fini.. Et "j'adore" (si on peut dire ça..) C'est un livre très émouvant mais à lire..

    RépondreSupprimer