samedi 14 septembre 2013

Les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra

Il se faisait appeler Turambo, du nom de son village qu'un glissement de terrain avait rayé de la carte. Il était né dans l'Algérie coloniale des années 20, et son destin était écrit d'avance : il serait misérable. Mais il était beau, vigoureux, ardent et doté d'un trait de caractère assez rare : la candeur. Cette fraîcheur lui attirait des sympathies immédiates et, grâce à ce don, il put franchir les portes du monde des Français, interdit aux Arabes. Car il possédait de plus une force surprenante dans le poing gauche, capable d'allonger d'un coup ceux qui se trouvaient sur son passage. C'est ainsi qu'il attira l'attention des professionnels de la boxe. Ses succès sur le ring lui apportèrent gloire et argent. Mais comme tous les cœurs purs, il détestait la violence et rêvait d'amour. Dans sa culture, une femme heureuse était une épouse fidèle, féconde et dévouée. Il nourrit d'abord une passion secrète pour sa cousine Nora, la première femme de sa vie. La deuxième, Aïda, une prostituée, l'initia aux plaisirs de la chair. La troisième, Louise, était la fille de l'homme d'affaires qui comptait l'emmener jusqu'au titre de champion de France de sa catégorie. Puis surgit Irène. Femme libre, indépendante et fière. Elle lui apprit que la vraie passion ne pouvait s'épanouir que dans la confiance absolue et le respect mutuel.

Yasmina Khadra a fait beaucoup parlé de lui. C'est un nom que je voyais régulièrement sur la blogosphère. Il m'a immédiatement intrigué. Les résumés de ces romans étaient tous plus intéressants les uns que les autres. Ayant la chance d'avoir pu lire son tout nouveau roman, j'ai sauté sur l'occasion pour le découvrir. J'aurais surement dû me pencher un peu plus sur le résumé de ce livre avant de me lancer tête baissée dans cette lecture...

Ne connaissant pas cette auteur, je m'attendais vraiment à avoir un style littéraire tout simplement magnifique vu tout ce que j'avais entendu sur lui. Malheureusement, j'ai eu énormément de mal à accrocher avec sa plume dès le début du roman. C'est un style littéraire vraiment appréciable, mais je n'ai trouvé qu'il n'allait absolument pas avec le roman. On découvre Turambo, d'abord jeune garçon, puis de plus en plus adulte.. Le problème c'est que ce jeune homme possède une intelligence moyenne, il n'est pas très débrouillard.. Le récit ce passant à la première personne du singulier, la magnifique écriture de Yasmina Khadra ne collait pas selon moi, avec ce personnage si simple et ordinaire. En ouvrant le roman, on découvre d'une certaine manière ce qui va advenir de Turambo. C'est un fait plutôt troublant de découvrir d'une certaine manière la fin du livre avant de l'avoir lu.. Et pourtant ! Ce court chapitre de départ, m'a étonnamment plu. L'auteur ne s'arrête pas la. Parfois on a la chance de pouvoir découvrir certains événements du passé de Turambo.

Plus j'ai avancé dans le roman, plus j'ai eu l'impression que l'auteur s'imprégnait de la vie de Turambo. On sentait vraiment un lien entre l'auteur et le personnage principal. Au départ, durant un bon tiers du roman on découvre Turambo au début de son adolescence jusqu'au jour où il décide de découvrir le monde de la boxe. J'ai eu un souci avec cette partie du roman que j'ai trouvé de trop. On observait Turambo, travailler, galérer, suer pour gagner sa vie.. Je me suis demandé en finissant le roman, si cette partie de sa vie était vraiment utile à découvrir, pour nous lecteurs. L'auteur détaille chaque événement avec une précision impressionnante. Même si, malheureusement, ce n'est pas le cas pour la description des personnages, qui est resté flou tout le long du roman. J'ai eu un mal incroyable à m'imaginer chacun des personnages. Turambo étant d'origine algérienne, emploie parfois certains termes arabes. D'autres personnes d'autres nationalités tel que la nationalité italienne, emploie eux aussi des mots dans leur langue natale. Parfois certains de ces termes ont été incompris, tout simplement parce que je ne parle aucune de ces deux langues, mais également parce que je les trouvaient souvent hors du contexte.

Pour être honnête, en lisant le résumé, je m'attendais à de l'amour. Le vrai amour, de l'amour beau et magnifique. On s'attend à découvrir quatre femmes : Nora, Louise, Aida et Irène. Ces femmes m'ont plus ou moins toutes déçues.. Chacune de ces relations sont d'une complexité folle et ne même souvent pas à quelque chose de concret. On dirait que du début à la fin du roman, Turambo est voué à être malchanceux, voué à un destin qu'il n'a pas choisi mais que tout le monde lui impose. Je dois toutefois vous avouer que les passages amoureux écrit par Yasmina Khadra m'ont totalement fait fondre. Quand il parle d'amour c'est intense, c'est tendre, c'est au-delà de toutes nos espérances.. On est gaga de ces phrases amoureuses qui vont au-dessus de nos attentes les plus chères. Certaines femmes sont plus découverte que d'autres, comme Nora et Irène. Si je devais n'en cité qu'une ça serait Aida, c'est un personnage qui m'a troublé. Peut-être à cause de la relation étrange que possède Turambo avec elle.. Ces quatre personnalités, ces quatre femmes sont toutes plus différentes les unes que les autres. On a tendance à ne pas comprendre les relations que Turambo a avec elles.

Ce roman aborde de très beaux sujets. Il m'a fait passer un agréable moment, même si j'en ressors avec un avis plutôt mitigé. Je m'attendais à une histoire beaucoup plus centrée sur l'amour que sur la boxe. Ces deux milieux mélangés donnent un étrange mélange. En ouvrant le roman je ne m'attendais pas du tout à ça, c'est surement pour cela que j'ai été déçue par la tournure qu'on prit les événements. Néanmoins je retenterais tôt ou tard de relire des livres de cet auteur, même si ce n'est pas du tout ma priorité. Un livre que je vous conseille si vous aimez le milieu des combats et de la boxe. L'auteur nous entraîne dans des matchs à couper le souffle. 

« L'amour ne s'apprivoise pas, ne s'improvise pas, ne s'impose pas; il se construit à deux. En tout équité. S'il reposait sur l'un, l'autre serait son malheur potentiel. Quand on court après lui, on l'effraie; alors il s'enfuit, et on ne le rattrape jamais »

« L'amour est fait de hasard et de chance. A une bretelle de la vie, il est là, offrande sur le chemin. S'il est sincère, il se bonifie avec le temps. Et s'il ne dure pas, c'est que l'on s'est trompé de mode d'emploi.»

16 commentaires:

  1. Bonjour (ou bonsoir) Claudia! :)

    Ce livre, pour être franche, ne me tentais pas, mais depuis que j'ai lu cette fabuleuse chronique, je le veux! ^^

    Je pense que je vais aller lire des résumés de cette auteur, car celui ci, ne m'a pas plus tentée que ça...

    Bonne journée! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir :p

      Merci beaucoup !

      Si j'ai un conseil à te donner, va à ton Gibert Joseph le plus proche (ou sur internet), les livres de cet auteur ce trouve facilement d'occasion ^^ Pour tester un nouvel auteur sans ce ruiner c'est une bonne solution :D

      Bon week-end !

      Supprimer
  2. Je le note ! :D Merci pour cette découverte ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu note tout les livres que je chronique tu es mal :p

      Supprimer
  3. Ce n'est pas trop mon style, donc je doute de le lire ^^

    RépondreSupprimer
  4. Cet auteur se trouve sur ma Wish list avec son titre L'attentat.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Je vous ai découvert il n y a pas si longtemps que ça sur youtube et je vous trouve adorable (trop bavarde) mais je suis pareille je vous rassure |o|
    Pour revenir à ce livre de Yasmina KHADRA, je vais le prendre parceque j'aime beaucoup ses livres et je n'ai jamais été déçue de ses écrits de part son écrit et de part ses thèmes, toujours à découvrir une culture et traditions différentes et un regard de curiosité (Les Hirondelles de Kaboul, l'Attentat, Les Sirènes de Baghdad, Ce que le jour doit à la nuit, Equation africaine)
    Merci pour vos conseils, je vous ai écouté en choisissant le livre de Laura Bloom ''quand tu n'étais pas là'' il me reste 1/4 : j'adore l'époque même si je trouve certains passages assez longs...
    A bientôt
    Keira

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !
      Merci c'est très gentil ^^ (même si je suis bavarde ahah :p)
      J'espère que votre lecture de Quand tu n'étais pas là, c'est bien terminé !
      A bientôt :)

      Supprimer
  6. Comme dit sur ton Suivi livresque, la boxe n'est pas un sujet qui m'intéresse, et quand les livres semblent interminables, j'ai souvent beaucoup de mal à les lire donc je ne pense pas lire cet ouvrage. Par contre, les deux citations que tu as choisi sont vraiment belles, j'aime tout particulièrement la première, c'est vraiment beau *.*

    RépondreSupprimer
  7. Je ne suis pas très intéressée, la boxe n'est pas un sujet qui me tente...

    RépondreSupprimer
  8. Coucou ^^

    Moi je ne suis pas spécialement tentée par ce livre je dois dire... J'ai déjà lu des livres de l'auteur et j'ai eu du mal à accrocher. Je ne compte pas vraiment retenter l'expérience... =S

    Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Coucou.
    Désolé pour le retard dans la réponse. J'ai eu des problèmes avec la Fac, ensuite j'ai du déménager et je n'ai pas eu internet tout de suite.
    Pour en revenir au livre, je suis assez mitigé. Il à l'air bien et en même temps le thème ne m'intéresse pas du tout. Bref si je le lis un jour, ce sera pas dans l'immédiat c'est certain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a aucun problème ;) Je comprend tout à fait !

      Supprimer
  10. Bonjour Claudia,
    Je viens de finir le livre de Yasmina khadra ''les anges meurent de nos blessures ''
    C'est drôles, nous lisons le même livre et ne le percevons pas de la même manière. Ça me fait penser au soleil, il est le même pour tous mais tout dépend de la manière de le percevoir soit directement soit sentir sa chaleur ou le voir à travers la lumière qu'il reflète’’ |o|
    A mon avis, le titre ne correspond pas trop (marketing). En revanche, j’adore la couverture, bien travaillée. Pour le style, l’auteur reste très fidèle à lui-même, toujours focalisé sur le détail, la précision. Une atmosphère agréable …
    Pour revenir au livre, je suis plutôt d'un avis positif mais moins à comparer à tous les livres que j'ai déjà lu de cet auteur (Les sirènes de baghdad, les hirondelles de kaboul (j’adore), l'attentat, ce que le jour doit à la nuit (passionnant/historique), l'équation africaine), ce dernier n’ est certainement pas mon préféré mais je lui accorde plusieurs points positifs,
    Le personnage principal est le narrateur, je trouve ça intéressant parce qu’il est omniprésent et nous implique forcement dans le récit. L’histoire est intéressante sur plusieurs plans parceq'uelle développe plusieurs sujets à la fois, bien évidemment la boxe (pas mon truc) mais c'est fait d'une manière tellement détaillée et précise que l'on devient curieux et on vit les matches comme si on était présents. A travers la boxe, le but de l’auteur est de témoigner du passé l’Algérie française des années 20, le narrateur développe la place de l'algérien ''indigène'' des années 20 sous un Algérie colonisée. L’intérêt de la victoire de Thurambo dans cette finale de boxe joue un rôle très important dans une Algérie colonisée. Il a même cité quelques personnages réelles qui ont existé (comme FERHAT ABBAS) qui ont travaillé pour la libération. L’algérien de l’époque ne pouvait pas exister publiquement que dans le domaine du sport en l’occurrence la boxe. A cette époque, la boxe était l’équivalant du foot aujourd’hui. L’auteur a maintes reprise développé les différences qui existaient entre une Algérie française et une Algérie algérienne, L’Algérien n’avait même pas les mêmes droits que les français ‘’colons’’ interdit de fréquenter les même cafés ni les mêmes plages ni les bals… En fait, c’est un roman qui témoigne d’un passé historique qui a existé…
    Pour ses histoires de femmes, je trouve que le personnage Thurambo a très bien évolué à travers l’âge et l’époque et surtout la culture (qui est non négligeable) ayant une éducation pudique où les relations sont interdites hors mariage… Personnellement, je ne citerai que 2 femmes qui ont compté dans sa vie. Aida et Irène. Houria (cousine) est un amour qui n’a jamais existé et il pensait en être amoureux parceque de 1 il était jeune de 2 il n’y avait aucune autre femme autour de lui. Louise, c’est pire, c’est la rencontre d’un soir et c’était condamné avant même de l’approcher. Sa réaction montre qu’il est naïf et ne prend pas en compte la différence des classes sociales et ethniques, le père de luise le duc a très bien expliqué. En revanche, Aida est un personnage extra-ordinaire avec ses paradoxes, Il a développé un attachement très fort pour elle parcequ’elle représente la 1ère femme avec laquelle il a des rapports sexuels… j’adore sa découverte du sujet et leurs conversations parceque ça en dit long sur la mentalité de l‘époque. Pour Irène, je pense que celle qui a le plus compté amoureusement, il était plus mature. J’ai adoré son amitié avec Gino même s’ils ont évolué d’une manière différente…
    Sur la fin, je partage ton avis, j’ai eu l’impression que l’auteur ne savait pas trop comment en finir !!!
    Un plaisir de partager les mêmes lectures !!!
    tanios

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      En effet c'est tout à fait ça, chaque personne ne voit pas du tout le même livre de la même manière ;)
      Je n'ai jamais lu de livres de cet auteur, mais unanimement tout le monde pense comme toi, comme quoi celui-ci n'est pas à la hauteur de ces précédents.. Espérons que le prochain rattrape tout ^^
      Tout comme toi j'ai beaucoup aimé le personnage d'Aida. Même si sa relation avec Irène ne m'a pas forcément plu.. Je trouvais que Irène avait une certaine image de "fille facile" qui ne correspondait pas vraiment à l'ambiance du roman !

      Merci de m'avoir donné ton avis ça me fait très plaisir :)

      A bientôt,

      Supprimer
  11. Avec plaisir!!!
    J'adore lire et je me suis ruinée je n'ai plus de place ni d'argent |o|
    Je te conseille une merveille ''Mille Soleil splendides de Khaled Hosseini'' émouvant bouleversant poignant ....
    C'est sans hésiter mon coup de cœur de l'année. Tu vas surement pleurer |o| mais c'est tellement prenant...
    Tanios

    RépondreSupprimer